x

Transformer la prison en gare routière

Publié le 18/10/2013 à 19:54
Envoyer à un ami Imprimer la page
Partager Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter

C’est une option que propose Eric Doligé pour sortir de la situation de contrainte de l’actuelle gare routière. Une gare endeuillée récemment par la mort d’un jeune étudiant de 20 ans, écrasé par un bus de la société Ulys.

Il n’y aurait pas de bonne solution pour le président du conseil Général. « La gare routière a été créée en 1985. Depuis, les volumes de trafic, le matériel ont évolué. Il n’y a aucune solution technique au sein de l’actuel édifice » ajoute-t-il.

Et de confirmer qu’en 2009, quand il avait proposé de sortir de ce lieu « il s’agissait, à l’époque, d’un problème d’insécurité lié à des violences, à du trafic de stupéfiants… Des dispositions avaient été prises à l’époque ».
Pour Eric Doligé, il y a là une vraie complexité compte tenu du lieu lui-même mais aussi de son environnement, « des flux complexes générés par les bus et les voitures ». La contrainte la plus importante est sans conteste « que nous sommes dans un site urbain » et que le foncier maîtrisé par le conseil Général se limite aux frontières de la gare routière.

Face à cette situation inextricable dans le cadre géographique qui est le sien, de l’émotion suscitée par le décès de cet étudiant - « on est tous bouleversé » ajoute Eric Doligé - il faut donc réfléchir très concrètement au déplacement de la gare, sans pour autant la déconnectée des autres formes de déplacements (proximité de la gare, du tram, du réseau de bus urbain).

Et pour le président du conseil Général, une des solutions potentielles, et la plus cohérente sur le plan géographique, est d’installer la gare sur l’emprise de l’actuelle prison qui doit fermer dans quelques mois. « Puisque la prison est libérée, il faudrait très concrètement étudier ce que nous pouvons envisager » explique Eric Doligé qui ajoute que « rien ne peut s’envisager sans une réponse collective » compte tenu des interactions, des responsabilités portées par chaque collectivité dans la gestion des infrastructures et du foncier. Sans oublier l’Etat propriétaire de la prison. « L’Etat est elle prête à céder le terrain ? » s’interroge le président du conseil Général. « Pour l’instant nous n’avons pas de réponse ».

Réagir à cet article
Commentaire Les commentaires sont limités à un maximum de 1500 caractères.

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.
Sondage
Le nouveau Gouvernement vous paraît-il en mesure de redonner confiance aux Français ?
 
 
 

l'HebdO Orléans
Sport
08:00 | Foot - D1 (F) - La chasse au "Lyon" reprend
08:00 | Foot - L1 - Lille - «Le même niveau que Porto»
07:35 | Foot - ANG - City - Jovetic, du flop au top
07:30 | Foot - L1 - ASM - Raggi, toujours là
06:19 | US Open (F) - Sharapova a haussé le ton
04:14 | US Open (H) - Federer poursuit sa route
03:53 | US Open (F) - Bencic : «C'est incroyable»
03:00 | US Open (H) - Mannarino : «Ca fait du bien mentalement»
01:57 | US Open (H) - Simon : «Déjà, récupérer»
01:41 | US Open (H) - Berdych a joué avec le feu
Vidéos à la une
Résultat des mots croisés
Retrouvez le résultat des mots croisés parus dans nos derniers numéros
> Voir ///
Flash info
06:32 | Federer déroule, pas Berdych
23:56 | Le FMI renouvelle sa «confiance» à Christine Lagarde
23:36 | Cornet éliminée
23:23 | L'Otan va créer une force de réaction rapide
22:58 | Simon qualifié
22:50 | Gasquet continue
22:42 | Los Angeles: l'industrie du X à l'arrêt
22:40 | Montpellier créé la sensation
22:34 | Emmanuel Macron rencontre les syndicats
22:26 | L'exécutif va réformer par ordonnances
BOURSE - CAC40
30/08:2014 | 07:50 | +15.00 (+0.34%)
Météo | Orléans
Ensoleillé
11°C