x

Transformer la prison en gare routière

Publié le 18/10/2013 à 19:54
Envoyer à un ami Imprimer la page
Partager Partager sur Google+ Partager sur Facebook Partager sur Twitter

C’est une option que propose Eric Doligé pour sortir de la situation de contrainte de l’actuelle gare routière. Une gare endeuillée récemment par la mort d’un jeune étudiant de 20 ans, écrasé par un bus de la société Ulys.

Il n’y aurait pas de bonne solution pour le président du conseil Général. « La gare routière a été créée en 1985. Depuis, les volumes de trafic, le matériel ont évolué. Il n’y a aucune solution technique au sein de l’actuel édifice » ajoute-t-il.

Et de confirmer qu’en 2009, quand il avait proposé de sortir de ce lieu « il s’agissait, à l’époque, d’un problème d’insécurité lié à des violences, à du trafic de stupéfiants… Des dispositions avaient été prises à l’époque ».
Pour Eric Doligé, il y a là une vraie complexité compte tenu du lieu lui-même mais aussi de son environnement, « des flux complexes générés par les bus et les voitures ». La contrainte la plus importante est sans conteste « que nous sommes dans un site urbain » et que le foncier maîtrisé par le conseil Général se limite aux frontières de la gare routière.

Face à cette situation inextricable dans le cadre géographique qui est le sien, de l’émotion suscitée par le décès de cet étudiant - « on est tous bouleversé » ajoute Eric Doligé - il faut donc réfléchir très concrètement au déplacement de la gare, sans pour autant la déconnectée des autres formes de déplacements (proximité de la gare, du tram, du réseau de bus urbain).

Et pour le président du conseil Général, une des solutions potentielles, et la plus cohérente sur le plan géographique, est d’installer la gare sur l’emprise de l’actuelle prison qui doit fermer dans quelques mois. « Puisque la prison est libérée, il faudrait très concrètement étudier ce que nous pouvons envisager » explique Eric Doligé qui ajoute que « rien ne peut s’envisager sans une réponse collective » compte tenu des interactions, des responsabilités portées par chaque collectivité dans la gestion des infrastructures et du foncier. Sans oublier l’Etat propriétaire de la prison. « L’Etat est elle prête à céder le terrain ? » s’interroge le président du conseil Général. « Pour l’instant nous n’avons pas de réponse ».

Réagir à cet article
Commentaire Les commentaires sont limités à un maximum de 1500 caractères.

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.
Sondage
Nicolas Sarkozy peut-il redevenir président de la République en 2017 ?
 
 
 

l'HebdO Orléans
Vidéos à la une
Sport
15:19 | Tennis - WTA - Pékin - Serena sans souci
15:13 | Foot - C1 - Atlético - Gabi incertain contre la Juve
15:09 | Tennis - ATP - Pékin - Murray passe en trois sets
15:06 | Foot - SUE - Ibrahimovic appelé en sélection pour affronter la Russie
15:03 | Golf - Ryder Cup - Mickelson trop véhément ?
14:54 | Cyclisme - AG2R - Bardet jusqu'en 2018
14:32 | Foot - L1 - Bordeaux - Sané opéré et absent 6 semaines
14:12 | Foot - ANG - MU - Des matches amicaux en milieu de semaine pour Manchester ?
14:10 | Hippisme - Quinté+ - Lamigo surprend agréablement
14:00 | Volley - Transfert - Montpellier tient son attaquant
Résultat des mots croisés
Retrouvez le résultat des mots croisés parus dans nos derniers numéros
> Voir ///
Flash info
15:25 | Budget 2015: 3,7M € de dotations en moins
15:21 | Hamon et Filippetti de retour à l'Assemblée
15:15 | Dessin de Benoît XVI: Plantu relaxé
15:10 | Un élu FN accusé de racisme
15:10 | VIDÉO - Hollande: "Il n'y a pas de plan d'économie indolore"
15:10 | Cameron confie son peu d'amour pour l'UE
14:57 | Bataille contre les éoliennes gagnée à Verdun
14:46 | Neuf syriens retrouvés en Seine-Saint-Denis
14:43 | L'UE maintient ses sanctions contre la Russie
14:37 | Référendum catalan: suspension de la campagne
BOURSE - CAC40
30/09:2014 | 15:48 | +40.71 (+0.93%)
Météo | Orléans
Très nuageux
22°C